Après tout ce temps à avoir envie de m’exprimer pleinement sur les coulisses de mon entreprise, des sujets qui me tiennent à cœur, je me lance enfin !

Bienvenue sur mon tout premier article de blog ! Je ne me mettrais pas la pression à vouloir publier à X ou Y fréquence, mais je m’exprimerais à cœur ouvert quand j’en ressentirais le besoin !

Et quoi de mieux qu’une nouvelle année pour rédiger ce tout premier article pour vous parler de 2021, une année qui a été un réel tournant pour ma petite entreprise, mais également ma vie personnelle.

2019 : Les débuts de La Boutique Sōzō

Pour comprendre cette rétrospective de 2021, je pense qu’il est nécessaire de reprendre les choses depuis le début.

La Boutique Sōzō est naît d’une passion, adolescente, j’ai commencé à créer des bijoux dans ma chambre. De l’assemblage de pièces que je prenais soin de choisir pour me créer des bijoux colorés. Un jour (je ne sais absolument pas pourquoi j’ai fait ça), j’ai décidé de créer un compte Instagram public pour les partager. Son nom était à l’époque Hello Bijoux, un nom pas trop réfléchi, mais il en fallait bien un ! De temps en temps je faisais des photos de mes bijoux et je les publiais sur les réseaux. J’ai été étonnée de deux choses :

  • Instagram regorgeait de créateurs talentueux, il y en avait des centaines, c’était un mon de que je n’imaginais pas !
  • J’ai commencé à recevoir des messages me demandant le prix de mes bijoux

Ce deuxième étonnement m’a fait prendre conscience que potentiellement, je pouvais vendre mes bijoux, chose que je n’avais jamais imaginé.

Cette réflexion a tourné dans ma tête jusqu’à mes 18 ans. A partir de mes 18 ans, j’ai commencé à me renseigner sur comment vendre légalement mes bijoux, sur les normes en vigueur sur la bijouterie fantaisie, les démarche administratives, le fonctionnement d’une entreprise…

Il faut dire que je suis très curieuse, et en découvrant le statut d’auto entrepreneur, je me suis dit que je ne perdrais rien à tenter l’aventure, que j’apprendrais beaucoup. Quand à 19 ans j’ai entamé toutes les démarches de création d’entreprise, je n’avais pas encore intégré toute la partie business et l’enjeu du développement d’une entreprise. Je me disais, si je vends, c’est chouette, je pourrais créer plus !

En juillet 2019, j’ai franchi le pas, j’ai complété tous les documents pour créer mon entreprise, et le 2 août 2019, à seulement 19 ans, j’avais créé mon entreprise.

En écrivant tout ça mon histoire me parait dingue, j’ai souvent des retours d’amies créatrices me disant qu’à 19 ans elles auraient jamais été capable de le faire, ni même d’avoir l’idée. Pour être honnête avec vous, deux choses m’ont aidé.

  • La première, l’insouciance : quand j’ai créé mon entreprise, j’ai pris ça comme une aventure, sans pression, sans business plan, sans objectifs réel, je voulais apprendre de nouvelles choses sur la vie ! (et je crois que ce départ sans pression m’a énormément aidé à arriver où j’en suis aujourd’hui)
  • La deuxième, une sujet que je n’ai jamais abordé… Avec du recul, le lancement de mon entreprise n’est pas arrivé par hasard dans ma vie. Je me suis lancée après une période de ma vie, extrêmement difficile, qui m’a permis de prendre conscience que je n’avais qu’une vie, et surtout que j’étais maître de ma propre vie.

 

Ce début d’aventure dans l’entreprenariat a été une bouffée d’oxygène, et une page de ma vie qui se tournait pour laisser place à la liberté de créer.

2019 - fin 2020 : l'évolution créative

Comme je le disais plus haut, j’ai commencé à créer des bijoux en faisant de l’assemblage. Comme son nom l’indique bien, l’assemblage consiste à assembler des pièces pour créer. Je faisais du montage avec des pièces en métal, des plumes, je tissais des perles. A mes débuts, je n’avais pas vraiment mon propre style (pas du tout même !). Je créais au fil de mes envies.

Mes bijoux plaisait, mais je me suis très vite sentie frustrée par une créativité limitée à des pièces déjà toutes prêtes, j’avais envie d’aller plus loin, de pouvoir développer ma créativité.

Un jour je me suis rendue chez un maroquinier qui vendait des chûtes de cuir au kilos, et j’ai sélectionné de jolies couleur 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.